Page Interviews de Clamecy TV

 

Michel Benoit, auteur et historien nivernais auquel on doit «Saint-Just, l’apogée d’un silence» ou les enquêtes du Commissaire Merle vient de faire paraître, chez Eyrolles, «Les Morts mystérieuses de l’Histoire» qui re-visitent les circonstances de 16 disparitions brutales, étonnantes ou controversées de personnalités comme John Lennon, Staline, Henri IV ou Norma Jeane Baker alias Marylin Monroe... L’occasion pour Eric Le Seney et Calemcy TV de lui rendre visite dans son jardin secret, quelque part aux alentours  de Saint-Pierre le Moûtier et de lui poser 5 Questions devant 3 caméras.

Cliquez ici pour acheter le DVDBoutique.htmlBoutique.htmlshapeimage_10_link_0
Cliquez ici pour acheter nos FablesBoutique.htmlshapeimage_11_link_0
BOUTIQUEBoutique.html

Acheter, c’est nous aider à vous aider !

Michel BENOIT Auteur et historien

Question 1 : «Quand tu es né, ta mère avait un bouquin entre les mains ?»

Question 2 : «Il y a un évènement qui se passe dans ta vie, c’est l’arrivée de la télé...»

Question 3 : «Toute ta vie, tu as été connecté avec  la Révolution»

Question 4 : «Pourquoi l’Archange, C’était qui Saint-Just ?»

Question 5 : «Pour parler de Merle, il faut porter le chapeau...»

Le 22 avril les éditions de Borée publiaient trois enquêtes inédites du commissaire Merle sous le titre «Merle voit rouge». Trois enquêtes qui nous emmènent des vignes de Pouilly avec Vendanges mortelles au quartier de la gare de Nevers avec Fleur de gare en passant par les rues sombres et pavées de la Charité sur Loire avec «La nuit du pénitent». A l'occasion de la sortie de ce livre, l'auteur à souhaité revenir sur les lieux du crime de  «Fleur de Gare».

Un lancement réussi en présence de l'éditeur et des amis du commissaire Merle, accompagné musicalement par Fabio et son orgue de barbarie, le tout grâce à l'aimable autorisation du service de communication de la SNCF Bourgogne Franche Comté. 

Plus d’infos sur le Blog de Michel Benoit :

http://michelbenoit.canalblog.com

Lancement de «Merle voit rouge» à la gare de Nevers